Nora et ses ruines phéniciennes et romaines

La tradition en fait la première citée fondée sur cette île par les Phéniciens au IXe-VIIIe av. J.-C. La stèle de Nora, trouvée ici au XVIIIE siècle, est réputée être le plus ancien document écrit européen. Le site passe sous contrôle carthaginois, puis romain après 238 av. J.-C. Le déclin s’amorce au IVe siècle et le site est abandonné au cours du VIIIe siècle de notre ère.

Nora était une place de commerce importante avec deux ports protégés, un sur chaque côté de la péninsule – péninsule Capo di Pula près de Caligari en Sardaigne-. Du fait que la partie méridionale de la Sardaigne subit les assauts de la Méditerranée, une partie importante de l’ancienne citée est désormais sous la mer. Une part significative du site archéologique n’a pu faire l’objet de fouilles, le territoire appartenant à l’armée italienne.

Le théâtre romain est de nos jours utilisé pour des spectacles.

J’ai tellement apprécié ce site que j’ai acheté le guide touristique de Nora. La version française était épuisée. J’ai fait une photo d’une page centrale qui montre bien la situation de la ville et les deux côtés de la péninsule. J’ai trouvé cette image dans la brochure Nora : Tourist Guide.

J’ai vraiment beaucoup aimé passer du temps dans ce site. Tout était particulier. On s’approche de la péninsule, on voit la mer des deux côtés. La grandeur du site est remarquable. J’ai toujours voulu admirer des mosaïques durant différents voyages et celles que l’on peut voir à Nora sont grandes et splendides sur ce site. Évidemment on ne voit pas de personnages comme beaucoup d’autres que l’on a vues en Turquie. Ce qui m’a le plus fasciné sur ce site c’est la proximité entre les ruines phéniciennes et les ruines romaines.