Le baptistère Saint-Jean à Florence

Nous sommes allés deux fois à Florence, à l’automne 2007 et 12 ans plus tard, en septembre.

La piazza del Duomo : « Au coeur de la ville, la cathédrale forme avec le campanile et le baptistère un extraordinaire ensemble de marbre blanc, vert et rose, témoignage du passage de l’art florentin du Moyen-Âge à celui de la Renaissance.

Je fouille le Guide Michelin de 2007 – l’année où nous sommes allés huit jours à Rome et quatre à Florence – et en préparant mon article, je découvre des éléments intéressants dont je n’avais pas tellement pris conscience lors de ce passage à Florence.

« Le baptistère de Saint-Jean est une des plus anciennes églises de Florence. Au Moyen-Âge on croyait que c’était un édifice ancien datant de la période romaine de la ville. »

Sa forme : un plan octogonal entièrement recouvert de dalles de marbre blanc et vert de Prato.

Un site italien sur le net me fournit les informations suivantes :

« Le monument que nous voyons aujourd’hui est le résultat de l’extension d’un baptistère primitif datant du IV-V siècle. »

« En entrant dans l’édifice, la première chose qui saute aux yeux est la précieuse mosaïque du dôme, l’une des plus grandes au monde à l’époque à être décorée avec cette technique… »

La présentation du baptistère dans le Guide Michelin est bien invitante que je me permets de la citer :

« Mon beau Saint-Jean » : c’est ainsi que Dante évoquait le baptistère dédié à saint Jean-Baptiste, patron de la ville, dont l’image, patron de la fille dès de Moyen Âge sur le fameux florin d’or. De cet élégant édifice octogonal revêtu de marbre blanc et sombre, très représentatif de l’art florentin fait de mesure et d’harmonie, se dégage une rare impression de rigueur et de délicate pureté.

J’ai pris cette photo en contre-plongée lors de notre passage à Florence en septembre 2019. Dans tous les voyages que nous avons faits, je recherchais des sites avec des mosaïques et il faut dire que l’intérieur de ce baptistère m’a beaucoup impressionné. J’aurais voulu avoir une image complète de cette coupole tapissée de mosaïques mais c’était bien difficile à faire…

Les portes de bronze du baptistère

Les trois portes de bronze du baptistère, ornées de panneaux magnifiquement sculptées, sont universellement connues.

La porte sud est l’actuelle porte d’entrée pour admirer les mosaïques du baptistère. C’est la plus ancienne et elle a été réalisée à partir de 1330 par Andrea Pisano.

La porte nord : sa réalisation (1403 – 1424) fut confiée à Lorenzo Ghiberti, à peine âgé de 25 ans, à la suite d’un concours auquel avaient participé les plus grands artistes de la ville dont Brunelleschi.

La porte est est la plus célèbre. Voici ce qu’on en dit dans le guide Michelin :

« Face à la cathédrale, la porte est, est celle que Michel Ange jugeait digne d’être la « porte du Paradis » (1425 – 1452). En un peu plus de de 25  années, Ghiberti, arrivé ai sommet de son art, a réalisé ici un chef-d’oeuvre de sculpture et d’orfèvrerie. Les dix panneaux évoquent, avec une grande complexité de composition et une profusion de personnages, d’épisodes de l’Ancien Testament, en des  scènes extraordinaires de vie, d’élégance et de poésie. »

Je vous présente maintenant le film que j’ai fait à la suite de la visite de ce chef-d’oeuvre. J’ai tenté de rendre la beauté qu’on y trouve à chaque qu’on y passe :

J’espère que vous avez apprécié et vous pouvez me faire un commentaire.

Vous pouvez me joindre à cette adresse mail : yarorb7239@gmail.com

Musée de l’Oeuvre de la cathédrale, Florence

Je me souviens de notre passage à Florence en 2007. Nous avions visité l’Intérieur de la cathédrale Santa Maria del Fiore, admiré la majesté de l’extérieur de cette cathédrale en plus d’être éblouis par la beauté du baptistère. Je connaissais l’existence de ce musée de l’Oeuvre – Museo dell’Opera del Duomo – car j’avais lu dans notre guide Michelin le passage suivant :

La visite du musée de l’Oeuvre de la cathédrale (Museo dell’Opera dell duomo) complète celle de la cathédrale, du campanile et du baptistère, car nombre de sculptures et objets provenant de ces monuments y sont rassemblés. »

Il ne fut pas possible d’entrer dans ce musée en 2007 et j’ai tenté de savoir pourquoi on ne pouvait le visiter…  Et j’ai trouvé en fouillant sur le Web…

 Cet article, comme vous pouvez le voir à gauche, évoque tout ce que l’on peut visiter en se rendant à la Piazza del Duomo. J’attire votre attention sur ce que j’ai le plus aimé lors de ce voyage à Florence en 2019, soit le Baptistère de San Giovanni et le Musée de l’Opéra du Duomo. Le baptistère est certainement ce que j’ai le plus apprécié en lien avec cette cathédrale. Je ferai aussi un film sur cet édifice. Je retiens quelques mots du second paragraphe de cet article trouvé sur le net :

Musée fondé en 1891. Rénové radicalement en 2015 et cette phrase :

« Il est conçu comme un parcours pédagogique pour découvrir les lieux qui ont donné vie à l’ensemble monumental de l’Opéra, berceau de la Renaissance » Et ces trois mots : l’avant-garde architecturale.

En visionnant le film, dès le début, admirez la disposition des oeuvres-d’art sur les murs particulièrement. Je vous en fais voir quelques unes dans la galerie d’images que je vous présente avant de placer le film qui, je l’espère vous plaira.

Vous pouvez faire un commentaire en allant sur l’adresse mail à la fin de l’article et ce sera un plaisir de vous lire et de vous répondre…

Adresse mail pour un commentaire : robertbenoitblog.ca

Église Santa Croce à Florence

Florence est une ville que j’apprécie beaucoup. Nous sommes y passés en 2007 et en 2019. Si j’avais à citer deux sites qui m’ont émerveillé particulièrement lors de ces voyages, je nommerais l’église Santa Croce et le baptistère de la cathédrale de Florence.

Le voyage de 2007 s’est déroulé de la façon suivante : 4 jours à Florence, suivi de 4 jours à Rome et retour à Florence pour 4 jours. En 2019 nous avons loué une chambre en Toscane à Montecatini et il nous fallait 45 minutes de train pour nous rendre à Florence.

Mon article sera un peu différent. J’aurais le goût de dire que le titre pourrait être Florence en plusieurs déclinaisons… Je ferai un film centré sur  une église et la première déclinaison sera l’église Santa Croce. La seconde sera probablement consacrée au Duomo, un ensemble tellement extraordinaire. On peut lire les mots suivants dans le guide Michelin :

« Au coeur de la ville, la cathédrale forme avec le campanile et le baptistère un extraordinaire ensemble de marbre blanc, vert et rose, témoignage du passage de l’art florentin du Moyen Âge à celui de la Renaissance. »

C’est cette grandiose cathédrale de Florence que vous pouvez observer dans cette image.

L’image que vous voyez maintenant a été prise à l’entrée du célèbre baptistère de la Cathédrale de Florence ou Le Duomo. J’ai pris des photos de ce baptistère en 2007 et en 2019. J’y suis resté passablement longtemps en 2019, tentant de percer les secrets d’une telle beauté. J’en reparlerai dans un autre article mais je veux citer les premiers mots employés pour décrire ce chef-d’oeuvre : « Mon beau Saint-Jean » : c’est ainsi que Dante évoquait le baptistère dédié à Saint Jean-Baptiste, patron de la ville, dont l’image figura dès le Moyen Âge sur le fameux florin d’or.

 La cathédrale de Santa Croce a été construite entre 1295 et 1350. C’est une grande église. Elle fait 140 mètres par 40. Vous le verrez dans le film que je vais vous présenter elle est vraiment lumineuse.

Je ne peux résister à utiliser les mots du guide Michelin pour vous donner une première impression de ce que vous pourrez voir dans le film qui suivra quelques photos de cette église…

« L’intérieur, dans le style gothique florentin est d’une remarquable élégance. La sobriété de l’architecture, l’importance de la nef par rapport aux bas-côtés ainsi que l’ampleur des arcades qui les séparent, les lignes élancées de l’abside dont les étroits vitraux (15s.) occupent presque toute la hauteur, produisent une impression de grande légèreté et ajoutent au caractère spacieux de l’édifice. »

Un dernier passage du guide Michelin qui évoque une des particularités de cette église :

« Les 276 pierres tombales dont elle est dallée et les somptueux monuments funéraires qu’elle renferme – pour le plupart dédiés à la mémoire d’hommes illustres – ont valu à Santa Croce le surnom de « le Panthéon italien. »

On peut observer aussi dans cette église le célèbre crucifix de Donatello, oeuvre d’un réalisme qui choqua certains contemporains de de l’artiste et que Brunelleschi voulut surpasser à Santa Maria Novella. Ce crucifix fut retrouvé dans la boue à la suite des inondations à Florence en 1966. 

J’ai étudié en histoire de l’Art et j’ai été beaucoup impressionné par l’oeuvre de Giotto. Dans la chapelle Bardi de l’église, on peut admirer les fresques de la vie de saint François, exécutées vers 1320 par Giotto qui, reprennent des thèmes de  ses célèbres fresques de la basilique d’Assise. On a évoqué le mode touchant de ces fresques.

J’ajoute à ce texte quelques images de cette église et je souhaite que me propos vous permettront peut-être d’avoir le goût d’aller visiter cette église si vous passez prochainement à Florence…

Je souhaite que vous allez apprécier le court film que je viens de terminer et vous pouvez me faire un commentaire sur mon adresse mail que vous verrez à la fin de mon article.

Quelques photos…

Bon visionnement de ce film que j’ai beaucoup aimé faire…

Vous pouvez faire un commentaire à mon adresse mail : rbrtgbnt@gmail.com